Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 20:02

On s'offre notre jour de repos dans une auberge de Pisco où nous fêtons dignement la fin de notre périple vélo.

P1090360.JPG

Deux Pisco à Pisco :)

 

Notre avion pour San Fransisco décolle le 1er mai. Nous prenons les infos sur les bus pour Lima ; une compagnie nous confirme qu'il y a un départ demain matin à 5h30.
Wouahou, c'est encore tôt tout ca... Mais en définitive, ce n'est pas plus mal car une fois à Lima, il nous faudra trouver des cartons pour emballer nos deux vélos. Ah oui, pas question de les abandonner après de si bons offices !

Le jour-dit, nous nous présentons comme convenu à 5h devant la compagnie de bus. Tout a l'air bien endormi...

 

P1090378.JPG

 

On poireaute un bon moment quand un homme nous avertit qu'a priori, cette compagnie ne roule pas aujourd'hui ! Pourtant hier, le monsieur nous a bien dit : "si si mañana, no hay problema".
Enfin, apparamment il ne connaissait pas vraiment son boulot car à 5h30, il ne se passe toujours rien.
Je fulmine !

Du coup, nous filons à la sortie de la ville, rejoindre la Panaméricaine sur laquelle nous aurons plus de chance d'attraper un bus pour la capitale. En effet, sur place nous trouvons de suite un pigeon-voyageur et c'est parti pour 3h30 de trajet.

En chemin, nous découvrons tout ce que nous devions initialement faire à vélo ; nous longeons une partie du temps l'océan. Il ressemble à l'idée que l'on s'en fait : des plages désertiques de plus d'1 km de large avant d'approcher les première vagues, des tubes comme dans les compétitions de surf qui s'enroulent à la vitesse de notre bus ; la brume épaisse et blanche rendant l'atmosphère encore plus inhospitalière.

 

Nous arrivons à Lima vers 10h et prenons la direction de l'aéroport pour y trouver une auberge tout près. Sur la parcours, nous questionnons quelques badauds pour dégoter nos cartons et trouvons notre bonheur juste deux rues plus loin, ainsi que la fameuse clé de 15 pour démonter les pédales (les vélos doivent se présenter guidon tourné, pédales retirées et pneus dégonflés).
Bon, mesurer près d'1,20m de large sur des axes surpeuplés, c'est pas top !

 

P1090389.JPG

 

Nous rencontrons un policier extrêment serviable qui nous indique la direction de notre auberge en tout point ; voilà qui nous réconcilie avec les travailleurs péruviens :)

Ce n'est pas tout à côté ; près de 20 km ! Mais c'est notre dernière ligne droite avant le décollage pour les "States" :)
Demain matin, départ prévu à 10h30 pour une arrivée au pays de la démesure le 2 mai à minuit.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 03:14

C'est le genre d'endroit où l'on resterait bien un jour de plus...

 

P1090295

 

Mais nous optons pour un jour de repos au bord de l'océan Pacifique, notre ligne d'arrivée.

C'est donc parti pour notre dernier jour de vélo :( Et oui, déjà...
Nous avons un peu regardé le profil de la route avant d'y aller : ca ne fait que de descendre. Normal, notre ville finale Pisco est au bord de l'eau. Par contre, ce à quoi nous n'avions pas pensé, c'est que 300 m de dénivelé négatif sur près de 90 km, en fait ca ne se sent pas du tout... D'autant plus avec le vent de l'océan qu'on a dans le nez depuis Nazca !

Cela dit, nous avancons à bonne allure toujours dans la sêcheresse répétitive de ces derniers jours,...

 

P1090251

 

... mais quelque fois entrecoupée de champs cultivés. 

 

P1090307

Piments sêchant au soleil

 

Il faut avouer que les paysages sont bien moins enchanteurs que les semaines passées. Plus nous approchons de la capitale et moins nous retrouvons l'authenticité des campagnes qui nous plaisait tant ; finies les tenues traditionnelles des dames travaillant dans les champs, à l'abri de l'intense lumière sous leur chapeau-melon et les hanches gonflées par leurs jupes aux tissus colorés...
Ici, l'asphalte impeccable de la Panaméricaine a uniformisé les alentours, agissant sur nous comme un "re-paysemment" progressif.

Le côté agréable et positif de tout ca, c'est que cet air chaud balayé par les vents sent bon les vacances :)

 

P1090245


Vers 16h, nous apercevons enfin l'océan. Le Pacifique ! Ca fait quelque chose tout-de-même.

Ca y est, nous y sommes. C'est ici que s'achèvent nos 4 mois de vélo ; 4 mois d'aventures formidables, de découvertes fabuleuses, de rencontres inoubliables ; 4 mois qui nous aurons remplis de richesses éternelles. 4 mois à dos de nos vélos Escapade Peugeot qui ne nous aurons jamais fait défaut, fidèles, fiables et solides jusqu'au bout et déjà partant pour de nouveaux horizons.

Qu'est-ce qu'on a aimé ca ! Sans hésiter une seconde, à choisir, on repart en deux roues ; c'est une certitude.
C'est le moment aussi où nous pensons à toute l'équipe de Peugeot France qui nous a permis de réaliser notre rêve d'évasion et qui nous a suivi, de surccroît ! Nous n'aurons de cesse de la remercier chaudement pour ce voyage fantastique.

 

Nous immortalisons notre "finish" sur la plage de Pisco.

 

P1090329

Félicitationne Señor !

 

Puis à l'eau dans les rouleaux.

 

P1090347

 "Le Pacifique est loin d'être pacifique" (Mike Horn) ! 

 

Distance : 88 km - Temps : 4h54 - Moyenne : 17,8 km/h

Partager cet article
Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 01:24
Ce matin nous sommes en selle à 8h30 ; pas mal :) Avouons que ce n'est pas l'envie de sortir du lit dès potron-minet qui nous motive mais plutôt que nous avons environ 20 km de montée et vraiment, c'est quand même moins dur à la fraîche...
Nous évoluons dans un décor étonnant, fait d'aridité et de luxuriance à la fois : en toile de fond, des montagnes de roches qui semblent avoir été froissées comme du papier kraft avec lequel il est coutume de fabriquer les crêches de Noël ; à leurs pieds, une rivière de champs verdoyants.
 
P1090201   
Ce contraste surprenant fait facilement oublier la difficulté ! Jusqu'à ce qu'Aurel, trouvant surement que ce n'est pas assez dur comme ca, nous fait sortir de la Panaméricaine pour prendre un chemin plus court ; "une variante", assure-t-il. Ah ca, pour être un raccourcis, c'en est un ; mais qui moooonte... assurément aussi !
 
P1090214
 
En plus, il faut voir dans quoi on roule : le bitume est tout défoncé et les alentours sont une vraie déchetterie. Super agréable quoi !
"Mais attends Niou, c'est magnifique!".
Moué... Etrangement, j'avais une préférence pour la vallée baignée des premiers rayons de soleil. Enfin, nous finissons tout-de-même par retrouver la Panaméricaine quelques kilomètres et plusieurs suées plus loin ; nous entrons désormais en plein désert et entamons une ligne droite interminable, sans grand intérêt.
 
P1090232

Incontestablement, je trouve l'effort plus coûteux quand rien ne divertit l'esprit. Enfin, rien... Précisons qu'il y a bien des fêlés sur la route qui sont, eux, toujours bien présents pour nous aider à piquer quelques crises de nerfs ! Notamment un qui, l'oreille collée à son portable, laisse conduire sa bonne femme ; celle-ci débordant largement sur la bande d'arrêt d'urgence sur laquelle nous roulons, nous rasant les miches à 50 cm près. Quand c'est comme ca, on donnerait cher pour rattraper ces inconscients et leur faire avaler leur volant ! En plus, quelques signes sur la route sont loin de nous rassurer sur leurs reflexes.
 
P1090381.JPG
 
Nous finissons quand même sains et saufs en approchant Ica ; encore une ville ne présentant pas grand d'intérêt sauf pour ses dunes de sable doré superbes. Nous roulons quelques kilomètres de plus jusqu'à l'oasis de Huacachina où nous dégotons un hotel avec piscine ! Comment résister... ?
 
P1090266

Du coup, je cours m'y délasser illico presto pendant qu'Aurel, les batteries à peine à moitié vides :), court en haut d''une dune pour s'offrir une belle photo...
 
P1090276
 
... et une folle descente dans le sable chaud.
 
 
Distance : 96 km - Temps : 5h47 - Moyenne : 16,6 km/h
Partager cet article
Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 17:14

Aujourd´hui, nous quittons Nazca ; la ville ne présentant aucun intérêt particulier sice n'est d'être à une trentaine de kilomètres de formes géométriques et animales immenses dessinées au sol (les lignes de Nazca). Evidemment, de nombreuses agences proposent de les découvrir en volant dans un coucou ; mais à 100 $US la demie-heure, on opte pour le mode "éco-lo-nomique" sur nos Escapade :)

Nous "décollons", à vélo donc, vers 10h après un bon petit-déj en terrasse au soleil. On sent déjà que l'air est nettement plus chaud que les jours passés. D'ailleurs, on a un mal fou à se ré-adapter à cette chaleur suffocante ! C'est que ca fait au moins deux mois que nous n'avons pas roulé sous de telles températures !

 

La circulation de la Panaméricaine est dense sur cette portion menant à Lima (à moins de 450 km).

 

P1090186

 

De nombreux camions nous bousculent par leur déplacement d'air et nous manquons même de nous faire décapiter par la fenêtre d'un bus ! Aurel a vu la vitre se décoller après son passage et voler comme un boomerang avant d'exploser au sol ; à quelques secondes près, c'était la revanche de la petite dame de Cusco :)

 

Le tracé n'est plus ce qu'il était non-plus en terme de relief : il oscille doucement mais surement. L'effort est d'autant plus coûteux que nous avons encore le vent dans le nez et que nous dégoulinons ! Au bout de 25 km, nous approchons une colline du haut de laquelle nous pouvons admirer nos premières figures de la civilisation Nazca. Il s'agit du reptile. Bon, évidemment nous ne sommes pas assez haut pour avoir une vraie vue d'ensemble ; cela dit, nous sommes un peu décus par ce que nous en voyons. La forme est à peine creusée dans le sol ; c'est fait à la balayette ou quoi ! On se demande comment elle a pu résister à toutes les intempéries depuis plus de 1000 ans !

 

Nous continuons quelques kilomètres et grimpons en haut d'un mirador.

 

P1090175

 

Cette fois-ci, nous sommes un peu plus haut et découvrons "l'arbre" et "les mains". Effectivement, en prenant de la hauteur, ca prend aussi un peu plus de sens.

 

P1090181.JPG

 

Mais, de notre point de vue, pas de quoi dépenser des sommes folles pour voir des dessins gravés dans la roche...

Après la balade, on trouve, par chance, un abri-bus inoccupé pour déjeuner ; l'unique ombre que l'on pouvait espérer dans ce désert implaccable. Au moment de repartir, nous reprenons les bonnes vieilles habitudes : on mouille têtes et tee-shirts pour nous aider à mieux supporter l'écrasante chaleur.

 

P1090195


Nous avancons péniblement jusqu'à Palpa, village où, passant devant un petit hotel, nous ne résistons pas à l'appel de la douche... mais fraîche cette fois !

 

Distance : 51 km - Temps : 3h17 - Moyenne : 15,4 km/h

Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 17:13
Comme prévu, le réveil pique les yeux... Mais nous devons bien cela à notre hôte.
Nous préparons notre petit-déjeuner et quittons les lieux à 6h45 ; wouah... On n'avait pas pédalé d'aussi bonne heure depuis des lustres !
Mais ça tombe plutôt bien car il nous reste environ 120 km jusqu'à Nazca et nous comptons bien tout faire aujourd'hui.
Certes, nous attaquons par 23 km de montée, mais après, il n'y aura que de la descente :)
En route donc, sous un ciel mitigé mais sans pluie pour le moment.
 
P1090087
 
Les premiers kilomètres sont durs pour les jambes avec des côtes qui ne font pas semblant ! Il faut dire que nous partons de 3200 m environ pour atteindre le col à 4390 m...
Les paysages changent imperceptiblement, les vigognes remplacent les vaches, les champs cultivés luxuriants laissent place à une végétation éparse et... velue :)  
 P1090097
 
Ce n'est que vers 11h30 qu'on en découd finalement avec cette fichue côte !
 
 
Seulement, le ciel chargé de nuages n'y tenant plus, il en profite pour nous abreuver de ses grêlons ! Oui, à peine avons-nous eu le temps d'apprécier notre accomplissement que nous sommes reçus avec les confettis qui fouettent ! C'est vraiment rageant :(
 
P1090105
 
M'enfin... On râle, on râle, mais tout-compte-fait, cela ne dure qu'une petite demie-heure... juste le temps de nous dire : "aller, on déguerpit et plus vite que ca !".
Et là, c'est parti pour près de 100 km de pur bonheur ! Et quand je dis "pur bonheur", c'est un doux euphémisme : 80 km sans toucher aux pédales, si ce n'est pour repartir après une photo ou une vidéo... !
 

Quelles splendeurs ! Nous quittons les paysages de la haute altitude pour plonger dans ceux de la moyenne montagne...
 
P1090112
 
...puis en plein désert.
 
P1090128
 
Les roches majestueuses aux couleurs chaudes offrent des panoramas invraissemblables ; en quelques kilomètres, nous sommes passés de l'hostilité glaciale à l'aridité absolue... "sans transition" pour ainsi dire.
 
P1090136
 
C'en est presque incohérent.
Le soleil est revenu ; pratiquement plus un seul nuage. Nous nous découvrons et profitons pleinement de ces températures estivales ; le vent aidant à supporter cette chaleur nouvelle.
Le ruban d'asphalte continue de dégringoler les pentes des monstres de roches ; on se croirait en Jordanie.
 
P1090146
 
Avec Eole contre nous, même pas besoin de freiner ! Il s'en charge allègrement, si bien que nous descendons à une allure raisonnable jusqu'à Nazca. 3h30 de régal ! 3h30 à ne rien faire du tout, à ne pas souffrir (sauf du coccyx !)... Ca devrait toujours être comme ça le vélo :)
J'entends d'ici les "oui, mais s'il n'y avait que des descentes, on ne les apprécierait plus." ; si si !
 
L'entrée dans la ville, comme à l'accoutumée, ce n'est pas le meilleur moment.
 
P1090153
 
Par chance, on se fait vite alpaguer par un homme en voiture qui nous propose son hôtel ; on y file direct, déjà saoulés par la circulation, le bruit, le stress. Et puis, fatigués aussi... 123 km tout-de-même ! Ca fait près de 8h que nous sommes sur nos selles, on est occis.
À peine installés dans la chambre, nous sautons dans la douche. Nous fêtons notre plus grosse journée vélo de tout le périple au resto (oui, il y a toujours quelque chose à fêter :)) et nous nous couchons comme des poules à 20h30 !
 
Distance : 123 km - Temps : 7h59 - Moyenne : 15,3 km/h
Partager cet article
Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 12:52

22 avril

 

On se réveille "pénardo", on salue notre gentille ptite mamie qui a perdu un peu de symétrie au visage puis on prend la direction du terminal de bus. Une fois de plus, nous aurions préféré tout faire à vélo, mais le temps nous fait défaut ; du coup, notre point de chute sera Puquio, ville située sur la route de Nazca.
A 14h30, nous embarquons donc pour 11h de transport !

 

Nous arrivons à destination à 1h du matin... Pratique pour trouver où dormir. Heureusement, le bus nous dépose juste devant un petit hotel, encore allumé. Nous sonnons et sommes de suite installés dans une chambre sommaire, mais tout confort. De quoi passer une bonne nuit réparatrice avant de ré-attaquer à vélo :)

 

 

23 avril

 

Youhou ! Enfin, nous roulons !  Quel bonheur de reprendre nos Escapade, ne plus dépendre d'un bus, de ses horaires, de ses passagers... Libres !

Avant de quitter Puquio, nous prenons la direction du centre, espérant y trouver un distributeur. En chemin, nous rencontrons trois cyclos ! Charles, Xavier (deux frères) et Jérome, un ami qui les a rejoint pour une partie du périple. Eux vont dans l'autre sens et nous racontent leurs aventures et péripéties depuis qu'ils sont partis du Canada, il y a plus d'un an. Résultat, ce n'est pas avant midi que nous nous souhaitons "buen viaje y suerte".

 

Nous faisons quelques courses sur le marché ...

 

P1090044

 

...et repartons du village avec seulement 80 soles (environ 23 euros) en poche pour arriver à Nazca... Pas de distributeur ici ; mais ca devrait suffire...

 

Nous pédalons dans des paysages de montagnes incroyablement verts, notamment grâce aux parcelles cultivées.

 

P1090051


Rapidement, nous sommes cernés par les nuages et les orages menacants. Nous avancons tout-de-même le plus possible bien que le relief ne soit pas aisé : un col à 4390m nous attend pour demain !

 

P1090050

 

Vers 15h, une pluie torrentielle finit par s'abattre et des éclairs déchirent le ciel... à quelques dizaines de mètres de nous ! Pas très rassurant.
Mais qu'à cela ne tienne, une fois bien équipés nous roulons quand même, remplissant nos ponchos qui font cuvette :)

De toute facon, nous n'avons pas tellement le choix car il nous reste que 5 jours pour aller le plus loin possible à vélo ; nous aimerions au moins atteindre l'océan Pacifique... à défaut de Lima.

Au bout d'une bonne heure et demi de rincage complet, nous trouvons refuge sous la varangue d'une maisonette au bord de la route ; on s'y abrite le temps de laisser passer un peu le déluge... C'est qu'on commence à avoir froid !
Et nous attendons près de 3/4 d'heure avant que le climat ne s'apaise. Nous repartons sous quelques gouttelettes mais rien de comparable avec ce que nous venons d'éponger et la route porte les séquelles de l'averse !

 

    P1090071    P1090082

 

Une heure avant la tombée de la nuit, nous atteignons Vado, tout petit village où, par chance, l'école est ouverte et le Directeur encore là. L'occasion est trop belle : nous lui demandons son accord pour dormir dans l'une des salles de classe.
"Ok", nous dit-il, mais l'école commence à 7h30 ! Ca va piquer les yeux demain matin :)

 

P1090074

 

Enfin, c'est pour nous toujours mieux que de monter la tente sous un rideau de pluie... qui vient d'ailleurs de reprendre de plus belle.

Nous sommes super bien installés avec les tables et chaises et de quoi suspendre nos vêtements trempés.
On se couche évidemment très tôt (19h30 !) pour un réveil à 5h30.

 

Distance : 38 km - Temps : 3h31 - Moyenne : 10,7 km/h

Partager cet article
Repost0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 23:27
Dur dur ce réveil, mais après une bonne douche, on fonce vers le Machu-Picchu.

Nous ne sommes pas les seuls frappés à faire cette petite marche de nuit afin d'avoir le privilège d'un site quasiment vide à l'arrivée.
 
P1080954

N'empêche qu'une fois devant les portes du site, on se félicite d'avoir fait cet effort : il y a déjà une trentaine de personnes devant nous et près d'un quart d'heure après, les bus arrivant, la file devient interminablement longue !
En entrant, on entame de suite l'ascension jusqu'au point de vue et jouissons d'un site pratiquement désertique ! Nous sommes saisis par la beauté des lieux ; le Machu-Picchu, cet endroit magique au nom qui résonne forcément dans nos souvenirs quand on regardait "Les Mystérieuses Cités d'Or" (merci Xa pour la chanson :)).
 
P1090002
 
Ca y est, nous y sommes. Etrangement, on n'en attendait pas tant de ces ruines incas et pourtant, nous savourons le côté enchanteur du site avec satisfaction. L'architecture est incroyablement harmonieuse, belle dans sa plus grande simplicité avec ses lignes épurées.
Et cette verdure qui semble tapisser le sol de cette cité perdue donne tout bonnement envie de se promener dans les ruelles de pierres et s'imprégner de cette culture avant-gardiste.
Sur le site, nous rencontrons des alpagas ce qui n'est pas sans nous surprendre à cette altitude : nous ne sommes qu'à 2500 m... Renseignements pris, il paraît qu'ils ont été amenés là pour la touche floklorique (ah le tourisme), si bien qu'ils sont en grande partie tous morts, leurs dents se déchaussant à cause d'une végétation trop molle ! Et oui, ils sont plus adaptés à manger des épineux que de l'herbe tendre ou des cookies...
 
 
Nous continuons la promenade avec notre guide pendant deux bonnes heures ; on apprend que les Incas avaient déjà pensé à batir les murs de leurs habitations et temples en respectant une inclinaison de 6°, résistant ainsi aux forts tremblements de terre. Ils sont même à l'origine des constructions parasismiques du XXIe siècle, c'est dire !
Vers 10h, nous prenons le chemin du retour ; ca peut sembler tôt, mais voici tout-de-même 4h que nous sommes sur le site. Et puis il faut maintenant redescendre ce que nous avons grimpé ce matin :)
Nous quittons donc l'emblématique Machu-Picchu plus enchantés que ce que nous espérions.

Vers 11h30, nous arrivons à Aguas Calientes .
 
P1090029
 
On récupère nos affaires laissées à l'hotel et par la même occasion, la réceptionniste nous donne nos billets de train pour le retour, l'agence les ayant oubliés...
Dans l'après-midi, nous retrouvons à nouveau la famille ; eux visiteront le Machu-Picchu demain. Nous profitons de nos derniers moments ensemble dans un bon bain d'eau chaude ; et oui, nous ne sommes pas à Aguas Calientes pour rien :)
 
P1210020
 
Cette fois c'est sur, nous ne nous reverrons pas d'ici la France !
Nous nous quittons pour de bon sur le quai de la gare... Enfin, il a bien failli y avoir encore des retrouvailles : l'agence nous a réservé des billets pour demain au lieu d'aujourd'hui !
Par chance, il reste de la place dans le train du jour et la guichetière me voyant complètement bouleversée nous autorise tout-de-même à embarquer. Ouf ! Comme quoi, ca peut servir d'avoir la larmichette facile...
 
Nous arrivons chez notre petite mamie de Cusco vers 22h30, en prenant soin de ne pas lui en coller une en guise de salutations distinguées :)
Partager cet article
Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 22:40

Aujourd'hui, en route pour une visite instructive : le Machu-Picchu (à prononcer Matchou-Piktchou !) ; cela signifie "vieille montagne" en Queshua.
Ce n'est pas pour tout de suite car nous avons d'abord pas mal de transport : rendez-vous à 10h devant l'agence pour prendre un minibus de Cusco jusqu'à Ollantaytambo ; puis à partir de là, il n'y a plus de route, c'est en train que l'on poursuit jusqu'à Aguas Calientes, village au pied du site.

 

P1080892


Cette deuxième partie est plutôt agréable : nous sommes confortablement assis dans des voitures avec toits panoramiques, la classe ! Ou devrais-je dire "la classe touristique" car ici, les péruviens ne se mélangent pas aux touristes... Eux ont des wagons avec des banquettes en bois. C'est étrange je trouve d'être séparés comme ca...

Toujours est-il que le trajet est superbe : encaissé dans une vallée très verte, nous suivons un cours d'eau et la brume "tropicalise" l'atmosphère.


Nous arrivons à Aguas Calientes (2000 m) vers 17h, soit peu avant la nuit.

 

P1080921

 

Notre hotel est situé en plein coeur du village et offre une jolie vue sur les montagnes environnantes.

La pluie ne cesse de tomber ; on espère qu'il en sera tout autre demain matin pour la visite !

 

Les minibus qui montent au Machu-Picchu commencent leur balais à 5h30 et arrivent pour l'ouverture du site à 6h. Nous, nous avons choisi de monter les 450 m de dénivelé à pied afin d'arriver avant les bus pour être les premiers à entrer sur les lieux.
Le réveil est donc prévu à 4h pour un départ à 4h30 (il faut compter moins d'1h30 de grimpette).

 

Le soir, on s'offre un petit resto avec une vue sur la flore typiquement amazonienne et filons au lit de bonne heure.  

P1080943

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 22:49

Joyeux anniversaire Maman ! Joyeux anniversaire Raphaël !

 

 

Quatrième jour d'état larvaire ; cette fois-ci c'est décidé, j'entame un traitement antibiotique. Non mais !
Et bien déjà dans l'après-midi ca va mieux. Les antibiotiques, c'est peut-être pas automatique, mais on devrait y penser avant de passer 4 jours à trôner sans manger !

 

Nous faisons le tour des agences qui organisent la visite du Machu-Picchu. Nous voulions tout faire par nous-mêmes, mais par manque de temps, c'est impossible.
Nous trouvons pour 160 $US (notez que les prix des activités touristiques sont directement annoncés en dollars ; comme si de toute facon un péruvien ne pouvait pas se payer ca...) :
- bus Cusco-Ollantaytambo (A/R)
- train Ollantaytambo-Aguas Calientes (A/R)
- 1 nuit d'hotel + petit-déj
- entrée au Machu-Picchu
- 1 guide pendant 2h sur le site

Le plus cher dans l'histoire reste le prix de l'entrée au Machu-Picchu : 128 soles (environ 37 euros par personne) !

Enfin ; nous réservons pour vendredi/samedi.

 

Nous profitons de ce petit temps-mort pour nous promener dans la charmante ville de Cusco.

 

P1080853

 

Bon, à vélo c'était l'enfer ; mais à pied c'est vraiment très agréable ces petites ruelles pavées, bordées de maisons aux volets bleus et animées d'une multitude de vendeurs.  

 

P1080836

    Notez qu'un lama c'est drôlement curieux !

 

Nous avons également le plaisir de retrouver la famille ; et oui, avec tout ca ils ont bien avancé et nous ont rattrapé :)

Point de rendez-vous pour ce soir : la Plaza de Armas.

 

P1080866

 

Voilà une bonne occasion de s'offrir un bon resto tous les 8 (d'autant que depuis cet aprèm, je remange :)) !

 

              P1080885     P1080880

                                                                                                                                        Encore une fois,
                                                                                                                             le dessert fera des victimes !

Partager cet article
Repost0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 03:15

15 et 16 avril

  

Chachani 2 - Moi 0 !

 

P1080771

 

C'est le résultat du match entre lui et moi, c'est-à-dire qu'après s'être laissé grimper, il m'a mise K.O. pendant les 2 jours suivants ! C'est bien simple, je n'ai fait que de dormir...
Arrivé le soir, je pensais que la nuit allait de fait être longue, mais pas du tout : j'ai dormi encore ! Je pense que suite à l'intense fatigue, j'ai attrapé froid aux intestins (oui, encore...).
Je passe mes courts instants d'éveil sur la céramique et n'avale rien.
Bref, la grande forme :)

 

P1080767

 

Aurel en profite ainsi pour paufiner notre tracé aux U.S.A. qui approche à une vitesse folle.

 


17 avril

 

Mon ventre me laissant enfin tranquille, on se décide à filer direction Cusco ; en bus bien sur, puisque nous n'avons malheureusement pas le temps de tout faire à vélo.

 

P1080798

 

On saute dans le premier départ pour notre destination et passons le pire des trajets : à côté de nous, une femme et son petit, malades, ont vomi tout du long (12h !).
Moi qui suis déjà avec les intestins en vrac, n'ayant rien avalé depuis 3 jours, je n'en peux plus et opte pour l'éloignement vers l'arrière du bus... Mais là, ce sont les odeurs des latrines qui sont franchement indisposantes : des w.c. sans eau pour toutes ces heures de trajet avec 60 personnes à bord... Je vous laisse imaginer le tableau.

 

Bref ; nous arrivons à Cusco à 1h du matin (au lieu de 22h) au terminal... qui n'est pas sur notre plan car trop excentré.
Demander la direction du centre-ville, oui ; mais à cette heure-ci, à part les alcooliques en fin de parcours, il n'y a plus grand monde.
Nous trouvons tout-de-même la bonne voie, mais quelle surprise quand nous approchons du centre : des ruelles pavées de galets ! Génial à vélo ! C'est à peine si on peut rester sur nos selles...

 

Vers 2h, nous finissons par tenter notre chance en sonnant dans un petit hotel, tout éteint. Une petite dame adorable vient nous ouvrir, avec le sourire s'il-vous-plaît ! Vue l'heure à laquelle on la tire du lit, on s'attendait à pire.
En manoeuvrant les vélos pour passer son portail, le bras d'Aurel dérape et vient attérir dans le pif de la gentille dame ; heureusement qu'un mur était à portée de sa main sinon c'était par terre qu'on l'a ramassait.

Quelle honte ! On ne sait plus où se mettre, elle nous fait signe que tout va bien et nous, on s'excuse mille fois avant qu'elle nous installe dans une de ses chambres.

Voyant nos têtes déconfites, elle propose même de nous préparer un thé. Une vraie mamie avec nous ! D'ailleurs, bien que l'hébergement soit loin d'être terrible, nous y restons quand même les jours suivants :) C'est pas tous les jours qu'on est recu comme ca !

 

Partager cet article
Repost0